Huîtres naturelles d’Utah Beach

25 septembre 2015

Première région conchylicole de France, la Normandie s’enorgueillit de son fleuron : l’huître.

Une huître sur quatre consommée en France est, en effet, originaire de ce département. Sur les 40.000 tonnes d’huîtres produites chaque année, une partie est revendue, hors région, à d’autres exploitations ostréicoles qui les commercialiseront, une fois affinées, sous leur propre label, sans aucune référence à la Normandie. L’autre partie, bénéficiera, quant à elle, de la dénomination « Huîtres de Normandie ».

L’huître normande se singularise par une production en pleine mer. 

Jean-Paul Guernier est ostréiculteur dans la baie de Veys, sur les estrans d’Utah Beach. Allure d’acteur américain, esprit de loup de mer, il n’a d’yeux que pour ses belles : les huîtres creuses naturelles qui poussent en pleine mer. Jean-Paul Guernier et son équipe travaillent trois ans à quatre ans pour pouvoir nous proposer une huître goûteuse et charnue à point.

Cette passion lui a été transmise par son beau-père, Georges Quetier, pionnier et mémoire vivante de l’ostréiculture en Normandie. Installé à Utah Beach depuis les années ‘70, Jean-Paul l’a rejoint en 1985 et a repris la gestion de la production il y a quelques années.

Il s’occupe aussi, avec son équipe, de la commercialisation des huîtres. Si la vente directe est privilégiée, les amateurs peuvent retrouver les huîtres d’Utah Beach de ”Monsieur Jean-Paul” à Strasbourg, Lyon et même en Suède. Et à Paris, bien sûr !

Les huîtres peuvent évidemment être consommées natures. Mais n’oublions pas qu’elles peuvent aussi être cuisinées : elles se cuisent très rapidement pour conserver leur saveur tonique (pochées quelques secondes dans l’eau frémissante ou quelques minutes à peine au four par exemple).

Ainsi, on peut les associer avec des endives, quelques noisettes et un filet d’huile de noisette, ou encore les gratiner au four au parmesan, avec de la roquette et du jambon fumé.