Clémentine de Corse

Corse

Découverte au début du XXe siècle en Algérie, la clémentine, hybride entre une mandarine et une orange, est cultivée depuis l’entre-deux guerres en Corse. Elle est caractérisée par une arrivée à maturité précoce et son absence de pépins.

Intégration HTML non disponible.

Dégustation :

Sucré et légèrement acidulé.

Peau fine et brillante orange vif, légèrement verte en partie inférieure du fruit. Feuilles vertes effilées restent attachées au fruit.

Juteuse.

Saisonnalité :

  • J
  • F
  • M
  • A
  • M
  • J
  • J
  • A
  • S
  • O
  • N
  • D

Méthode de culture

Les vergers de clémentiniers se situent en majorité sur la côte ouest de l’île. Les arbres sont taillés une fois par an, en mars. Ceci favorise une bonne répartition des fruits sur les branches et l’homogénéité de leur calibre. Le gros bois est récupéré en tant que bois de chauffe, certaines branches sont laissées entre les rangs d’arbre et d’autres sont récupérées, pour leurs feuilles. Il est en effet possible d’extraire de ces feuilles une huile essentielle, “le petit grain de clémentinier”. Du printemps à l’automne, les arbres sont irrigués. Ils peuvent aussi recevoir un traitement contre la cochenille à base d’huile blanche pulvérisée sur les branches. Ceci étouffe les larves qui attaquent les tiges et les feuilles. Tout au long de l’année, une attention importante est portée à l’enherbement autour des arbres. Il est nécessaire de le broyer régulièrement, afin qu’aucune concurrence ne soit faite à l’arbre par d’autres plantes, telles que des ronces. Les déchets issus de cette opération vont, en se décomposant, apporter des éléments nutritionnels aux clémentiniers. Enfin, entre fin octobre et fin janvier a lieu la récolte des fruits. Ceux-ci sont cueillis à la main à pleine maturité. Deux à trois passages dans le verger espacés de plusieurs semaines sont nécessaires pour récolter l’ensemble de la production, qui est ensuite conditionnée selon un cahier des charges précis, défini par l’Indication Géographique Protégée.

Particularité

L’Indication Géographique Protégée “Clémentine de Corse” garantit que le fruit est récolté manuellement à pleine maturité et n’est pas déverdit sur l’arbre ou en chambre froide. Aucun activateur de coloration n’est utilisé. Commercialisée, elle est reconnaissable aux quelques feuilles qui sont encore attachées à son pédoncule.

Histoire & spécificité

En 1900, le frère Clément découvre dans un orphelinat situé près d’Oran, au nord de l’Algérie, un petit agrume, venu à maturité bien avant la mandarine. Elle est alors observée et décrite par des scientifiques, qui la nomme en l’honneur de son découvreur. Ce n’est qu’en 1925 qu’elle est implantée en Corse, à Figaretto, dans la plaine orientale. Sa culture va peu à peu se développer sur l’île de Beauté et sa commercialisation va s’accélérer à partir des années 1970. En 2002, l’INRA découvre les origines de la clémentine. Il s’agit d’un hybride naturel entre une orange et une mandarine. En 2007, une Indication Géographique Protégée lui est attribuée.

Paysages & Territoires

La plupart des vergers de clémentiniers corses se situent dans la plaine ouest de l’île. Cette bande de terre, entre mer et montagne, se caractérise par un climat tempéré. Les précipitations y sont suffisamment importantes tout au long de l’année et, surtout, à l’abri du gel hivernal. C’est sur ce territoire que sont cultivés clémentines, avocats et kiwis.

Suggestions d'utilisation

La clémentine est délicieuse crue mais peut aussi se cuisiner, version sucrée et salée. En salade de fruits, elle pourra être assaisonnée d’un filet d’huile d’olive et de quelques feuilles de menthe. Elle peut bien sûr être dégustée en tarte et son jus peut parfumer madeleines et cakes. Côté salé, elle relèvera une soupe de carotte légèrement épicée par du cumin, du gingembre et du paprika ou constituera une belle sauce en accompagnement d’un magret de canard.

Producteur : Aliméa

Alimea, signifiant en langue corse “cédrat”, est une coopérative de producteurs biologiques créée en 1986. Elle en compte aujourd’hui 27, tous arboriculteurs. Ils cultivent sur plus de 100 hectares de nombreux agrumes tels que les clémentines, les cédrats et les pamplemousses ainsi que des noisettes, des amandes, des kiwis et des avocats. Ensemble, ils ont pu mutualiser les outils de conditionnements des fruits et leur expédition sur le continent.